• Critiques,  Découverte,  Lecture,  review

    Ne coupez jamais la poire en deux

    Avez-vous déjà été dans une situation où vous deviez convaincre la personne en face de vous de quelque chose ? 

    Que ce soit un enfant face à ses parents, ou un adulte dans sa vie personnelle ou professionnelle, on a tous déjà dû négocier avec quelqu’un. 

    Critique du livre de Chris Voss, Ne coupez jamais la poire en deux.

    Dans ce livre, Chris Voss, ancien négociateur du FBI, promet de rendre tous ses lecteurs des as de la négociation. Ayant moi-même fait une école de commerce, et étant de nature assez persuasive, j’étais très intéressée par ce livre qui me paraissait parfait afin de compléter mes connaissances.

    Chris Voss a passé sa carrière à négocier avec des preneurs d’otages, des kidnappeurs. Il a décidé de se servir de son expérience large et riche pour nous concocter une bonne recette afin de tous apprendre à négocier, que ce soit dans notre vie personnelle, ou professionnelle, et arriver à sortir gagnant de toute situation.

    Ne coupez jamais la poire en deux maintenant présenté, passons maintenant à mon avis. Comme je vous le disais, j’étais extrêmement intéressée par ce livre qui promettait monts et merveilles. J’ai pris le temps de le lire, doucement, et d’essayer d’exercer dans ma vie quotidienne ce qui y est conseillé.

    Verdict : Chris Voss s’adresse à un public assez novice dans le domaine de la persuasion. Si vous ne vous en sortez jamais lors d’une discussion où vous devez convaincre votre interlocuteur de quelque chose, ce livre est carrément fait pour vous ! Si, en outre, vous vous sentez déjà à l’aise dans le domaine…ce livre ne vous changera pas forcément la vie, mais il reste très intéressant à lire.

    J’ai lu quelque part, à sa sortie, que Chris Voss était l’américain avec un grand A, à tout dire et imaginer en grand. Et c’est vrai qu’en lisant ses mots, je l’ai très fortement ressenti. Ses astuces ne sont absolument pas révolutionnaires, mais elles promettent des résultats qui, eux, le sont… 

    Ne coupez jamais la poire en deux est donc un livre à lire attentivement de part son côté très intéressant, bourré d’anecdotes et d’histoires à côté (en plus de tous ses conseils), mais ne vous attendez pas à réussir à changer le monde après l’avoir lu non plus ! 🙂 

    Achetez Ne coupez jamais la poire en deux ici

  • Critiques,  Lecture,  review

    Pour que je sois la dernière – The last girl

    Scroll down for the English review <3

    Pour que je sois la dernière - Nadia Murad

    Achetez Pour que je sois la dernière ici
    Acheter le ebook ici

    Il y a des livres comme celui-ci qui viennent vous tirer de votre quotidien, de votre routine, de vos problèmes de tous les jours, et vous emmènent dans un autre monde, qui malheureusement est le nôtre, vous fendent le cœur ; et vous laissent sans voix.

    Pour que je sois la dernière est un témoignage d’une survivante, qui vient nous raconter son histoire –malheureusement- vraie.
    Elle nous parle d’abord de sa famille, nombreuse, de ses parents, du remariage de son père, de leur quotidien, certes, modeste, mais oh combien heureux.
    Elle nous parle aussi de l’Iraq, de son village, Kocho, des Yézidies. D’ailleurs, au-delà de nous raconter ce qu’elle a vécu, elle nous explique la division du pays, ce qu’est le Yézidisme, leurs traditions et façons de vivre, et c’est très intéressant.
    Ensuite, elle nous parle de comment elle a été « kidnappée » par Daesh, qui a tué 6 de ses frères, et sa mère… Elle nous parle de ce qui s’en est suivi, à 21ans, elle est devenue leur esclave sexuelle, violée à répétition, battue, martyrisée, fouettée, violentée…elle a vécu 3 mois d’enfer, avant d’avoir le courage  –et la chance surtout- de s’enfuir.

    Pour que je sois la dernière est une lecture extrêmement difficile, non pas parce qu’elle a été mal écrite, bien au contraire, mais plutôt parce que c’est fort, poignant, difficile à accepter, et malheureusement, réel. Nadia Murad, au-delà d’être une réelle héroïne, est une écrivaine très talentueuse. Elle nous explique ce qui est difficile à comprendre avec des mots simples, et nous rapproche sans même nous en rendre compte du peuple irakien et yézidi, de la politique de ce pays, de sa géographie, et de tout ce qui fait que cette guerre malheureusement existe.

    C’est une lecture indispensable, que je vous conseille sans aucune hésitation.

    Concernant la note, il y a des lectures comme celle-ci que je ne peux juste pas me permettre de noter. Je me contente de vous la conseiller, et d’envoyer toute mon admiration et mon respect à son auteure.

    PS : J’ai reçu une copie de ce livre de la part de la maison d’édition Fayard en contrepartie d’un avis honnête. Ma critique provient donc de mon point de vue suite à ma lecture de ce livre. Aucun autre facteur n’a influencé mon avis.

    The last girl - Nadia Murad

    Buy The last girl here
    Buy the ebook here

    There are books like this one that slaps you right in the face, talking about some heartbreaking and ugly truths, taking you to another world, that is unfortunately ours, and leaving you speechless.
    The last girl is a testimony of a survivor, who narrates her – unfortunately – true story. She talks, first, about her large family, her parents, the remarriage of her father, their daily lives, certainly modest, but so happy.
    She also talks about Iraq, her village, Kocho, Yazidies. She explains the division of the country, what is Yezidism, their traditions and ways of life, and it is very interesting. Then she tells us about how she was “kidnapped” by Daesh, who killed 6 of her brothers, and her mother … She tells us about what happened, when, at 21, she became their sex slave, raped repeatedly, beaten, martyred, whipped, abused … she lived 3 months of hell, before having the courage – and luck- to escape.
    I found that The last girl was an extremely difficult reading, not because it was badly written, quite the contrary, but rather because it is strong, poignant, difficult to accept, and unfortunately, real.
    Nadia Murad, beyond being a real heroine, is a very talented writer. She explains to us what is difficult to understand with simple words, and brings us closer without even realizing it to the people of Iraq and Yazidis, the politics of this country, its geography, and all that makes this war unfortunately. exist.
    The last girl is an indispensable reading, which I advise without any hesitation.
    Regarding the note, there are readings like this that I just can not afford to grade. All I can do is advising it, and sending all my admiration and respect to its author.

    PS: I received a copy of this book from the Fayard Publishing House in exchange for an honest opinion. My review comes from my point of view after my reading of this book. No other factor influenced my opinion.