• Critiques,  Lecture

    Derrière la haine

    Scroll down for the English version of the review Je commence cette critique par une confession : j’ai toujours eu une phobie des voisins. Je ne sais pas si cela a un nom et ne veux pas le savoir. J’ai peur qu’un psychopathe habite à côté, un tueur en série au-dessus, ou encore un pervers juste en face, avec une paire de jumelles, à surveiller tous mes faits et geste. Maintenant que vous me trouvez parano, je commence mon article. J’ai l’impression d’être en retard sur mon temps, j’ai découvert Barbara Abel récemment, plus tard que tout le monde. Je suis tombée par hasard sur Derrière la haine, et je l’ai…

  • Non classé

    IVG: I VOTE for GAYS

    La bière va encore couler à flots en Irlande car le mariage pour tous vient d’être adopté le 23 Mai par référendum. 62% de nos roux préférés ont voté pour la liberté de l’amour. Rien à dire, donc: de l’alcool, des moutons, des trèfles à quatre feuilles, encore de l’alcool et des “voulez vous embrasser le marié”. Le premier ministre Irlandais, Enda Kenny, est aux anges, car il considère qu’avec cette adoption de loi, l’Europe pourra voir à quel point son pays est “ouvert, généreux et évolué”. Oui oui Kenny, on voit ça et on est bien contents. Mais dis moi, c’est moi qui m’fais des films ou t’es très très…

  • Ecrivain

    EDLS #15

    “Lorsque l’homme ne comprend pas les actes du Seigneur, il lui arrive parfois de transformer son amour en haine, et c’est alors que le démon apparaît pour chuchoter les mots venimeux. Ceux qui croient en Dieu pour obtenir des réponses sont les plus fragiles car ils convertissent facilement leur dévotion en rancœur. La religion n’est pas une béquille extérieure, c’est une ferveur intérieure. Le démon se niche bien souvent dans ce malentendu.” La patience du diable – Maxime Chattam

  • Ecrivain

    EDLS #9

    Ce matin là, elle eut l’impression d’être tombée de son lit, avant de regarder autour d’elle si l’homme dont elle avait rêvé n’était pas dans un coin du bidonville. Ne voyant que le chat, Anny empoigna son journal et écrivit ces mots: – Ce garçon a frappé mon coeur avec un gant de boxe rembourré d’amour. Je n’ai donc pas eu mal, mais j’espère qu’il ne remplira jamais son gant avec du froid et de la haine. Autrement, je protègerais mon coeur avec une muraille de tristesse et de peur. La brésilienne qui voulait réécrire le monde – Anny Tossogoa