• Critiques,  Lecture

    Oscar et la dame rose

    J’ai essayé d’expliquer à mes parents que la vie, c’était un drôle de cadeau. Au départ, on le surestime, ce cadeau: on croit avoir reçu la vie éternelle. Après, on le sous-estime, on le trouve pourri, trop court, on serait presque prêt à le jeter. Enfin, on se rend compte que ce n’était pas un cadeau, mais juste un prêt. Alors on essaie de le mériter. Moi qui ai cent ans, je sais de quoi je parle. Plus on vieillit, plus faut faire preuve de goût pour apprécier la vie. On doit devenir raffiné, artiste. N’importe quel crétin peut jouir de la vie à dix ou à vingt ans, mais à…

  • mood

    Tu es pour moi l'âme et le monde

    Tu es pour moi l’âme et le monde. Que ferais-je de l’âme et du monde ? Tu es pour moi un trésor répandu. Que ferais-je du gain et de la perte ? Un temps je suis l’ami du vin, un temps l’ami des viandes grillées. Puisqu’en ce cycle je suis en ruine, que ferais-je du cycle du temps ? Par toute gent je suis effrayé, de tous je me suis libéré. Ni ne me cache, ni ne me montre : que ferais-je de l’être et du lieu ? De m’unir à toi je suis ivre, je n’ai en tête aucune créature. Puisque pour toi je suis la proie et le…

  • mood

    Tu es pour moi l’âme et le monde

    Tu es pour moi l’âme et le monde. Que ferais-je de l’âme et du monde ? Tu es pour moi un trésor répandu. Que ferais-je du gain et de la perte ? Un temps je suis l’ami du vin, un temps l’ami des viandes grillées. Puisqu’en ce cycle je suis en ruine, que ferais-je du cycle du temps ? Par toute gent je suis effrayé, de tous je me suis libéré. Ni ne me cache, ni ne me montre : que ferais-je de l’être et du lieu ? De m’unir à toi je suis ivre, je n’ai en tête aucune créature. Puisque pour toi je suis la proie et le…

  • Ecrivain

    EDLS #15

    “Lorsque l’homme ne comprend pas les actes du Seigneur, il lui arrive parfois de transformer son amour en haine, et c’est alors que le démon apparaît pour chuchoter les mots venimeux. Ceux qui croient en Dieu pour obtenir des réponses sont les plus fragiles car ils convertissent facilement leur dévotion en rancœur. La religion n’est pas une béquille extérieure, c’est une ferveur intérieure. Le démon se niche bien souvent dans ce malentendu.” La patience du diable – Maxime Chattam