• Bien-être

    Comment vaincre la dépression ?

    Dans mon précédent article #10yearschallenge, je vous racontais une épreuve que j’ai vécue il y a 10 ans : ma dépression et comment elle s’est manifestée.

    Dans cet article, je vous expliquerai comment j’ai réussi à m’en sortir en vous donnant toutes mes astuces et conseils pour se sentir mieux, afin que vous puissiez vous aussi vaincre cette maladie, ou aider un proche à la vaincre.

    Comme je le laissais entendre, cette dépression a été très difficile à vivre, autant pour moi que pour mes proches. Maintenant, je sais que le harcèlement dont j’ai été victime a joué un grand rôle dans ma maladie. Parce que oui, une dépression est une maladie. C’est comme sortir de son corps et se voir…impuissant face à tout, et ça, c’est sans parler des douleurs physiques. Alors, comment j’ai concrètement fait pour combattre la dépression ?

    1- Réaliser :

    Cette étape en est en réalité deux. Tout d’abord, il faut réaliser que nous n’allons pas bien. Je pense que c’est le point de départ indispensable à la guérison : réaliser que la vie, c’est pas ça, et que quelque chose donc ne tourne pas rond. Là, je ne parle pas forcément de réaliser et comprendre ce qui nous arrive, mais uniquement que les choses ne se passent pas comme elles devraient. Une fois ce point entamé, vient le deuxième, qui a été pour moi le plus compliqué : réaliser que nous ne sommes pas responsable de ce qui se passe. Longtemps lorsque j’étais victime de harcèlement, je me rejetais la faute dessus. Je pense que mon subconscient trouvait ça plus facile pour moi à accepter : être responsable d’une erreur veut dire qu’on mérite ce que l’on vit, être victime veut dire que nous n’avons rien fait pour que ça nous tombe dessus, et donc, pour empêcher que ça nous tombe dessus…
    Dès lors que cette première étape sera commencée, croyez-moi, la voie vers la guérison sera plus facile à visualiser.

    2- En parler :

    Attention, lorsque je dis en parler, je ne veux pas forcément dire se confier. Parlez du fait que vous vous sentez mal, pas de pourquoi vous vous sentez comme ça, si vous ne vous en sentez pas capables. Vous pouvez, d’abord, en parler à vos parents, vos amis, votre prof préféré… Et si ça continue, parlez-en à un psy. Mais il faut en parler, absolument, pour ne pas se sentir seul dans cette bataille, mais aussi, pour que vos proches gardent quand-même un oeil sur vous.

    3- Faire une thérapie : 

    Peut-être est-ce l’étape la plus difficile pour de nombreuses personnes. Je vous comprends, mais étant passée par là, c’est souvent indispensable. Voyez ça de la manière suivante : si vous avez un rhume extrêmement fort, vous irez voir un généraliste afin de vous aider, pas vrai ? C’est pareil lorsque vous déprimez. Je vous conseille personnellement d’essayer un psychologue, afin d’éviter toute la partie médicaments pas du tout drôle. Mais faites-le, essayez, et dites-vous que si ça ne vous fait pas de bien…ça ne vous fera pas de mal non plus.

    4- Vous détacher : 

    Ce conseil est assez difficile à appliquer, je ne vous cache pas qu’il m’a fallut beaucoup de temps avant de pouvoir le faire. Mais je pense que c’est ce qui vous aidera le plus à comprendre ce qui vous arrive. Prenez le temps de jouer le rôle de la meilleure amie : imaginez que votre meilleure amie, ou votre soeur, ou quelqu’un que vous aimez beaucoup, vit la même chose, comment verrez-vous la situation ? Que lui diriez-vous ? Qu’elle ne mérite pas ce qui lui arrive ? Qu’elle n’est pas le problème ? Vous voulez lui dire autre chose ? Alors notez bien toutes ces choses, et dites-les vous…un peu comme si vous étiez votre propre meilleur ami (parce qu’au final, durant cette période, VOUS ÊTES votre propre meilleur ami) vous comprendrez mieux ce que vous vivez.

    5- Ecrire :

    Transformez vos moments sombres en moments d’inspiration. Exprimez votre ressenti à travers des mots, utilisez votre journal intime si vous en avez, votre note-book, ou votre ordinateur. L’important n’est pas où ni comment, l’important c’est de vous exprimer. Posez des mots sur ce que vous ressentez. Non seulement vous vous sentirez plus léger après, mais vous pourrez aussi tout relire lorsque vous vous sentirez prêt, et tout aura beaucoup plus de sens.

    Pour ma part, j’avais écrit des lettres (que je n’ai évidemment jamais envoyées), à toutes les personnes qui m’ont fait du mal durant cette période. J’avais l’impression de leur parler, et putain ce que ça fait du bien de (presque) leur balancer ce que je voulais dire depuis si longtemps.

    6- Prendre le temps pour soi : 

    Pour moi, vaincre une dépression c’est comme renaître, commencer une nouvelle vie, sans pour autant oublier les leçons de la précédente. Il faut apprendre à faire connaissance avec soi-même une nouvelle fois, un peu comme si on rencontrait quelqu’un pour la première fois, et qu’on apprenait à le connaître. Prendre le temps pour soi peut être fait de diverses façons : 
    -prendre des bains chauds et agréables 
    -regarder des films et séries qui nous font du bien
    -lire des livres sur le développement personnel
    -goûter des plats que l’on n’avait jamais goûtés avant
    -essayer de nouveaux sports
    -faire de nouvelles connaissances
    -faire tout ce que vous n’osiez pas faire avant

    7- Bien s’entourer :

    Entourez-vous de personnes qui vous comprennent. Eloignez-vous de toutes ces personnes qui ont contribué de près ou de loin à votre dépression. Attention, il ne faut pas confondre bien s’éloigner des personnes qui ne vous font pas de bien et s’isoler… Il faut faire le ménage dans votre vie, mais c’est comme chez vous : on ne se débarrasse pas du canapé sans le remplacer, mais pour en acheter un plus beau, plus confortable, qui match mieux avec la décoration de votre salon, pas vrai ?

    Ces 7 conseils sont ceux qui m’ont personnellement le plus aidée. Ce sont également les conseils les plus généraux, qui correspondent un peu à tous les types de dépression. N’hésitez pas à les appliquer quelle que soit votre situation. Et n’oubliez pas, vous n’êtes pas seuls.

    La barre des commentaires est ouverte à toute personnes souhaitant s’exprimer, racontez-nous comment vous vous en êtes sortis, ou confiez-vous sur ce que vous avez vécu. N’hésitez pas non plus à compléter mes conseils en disant ce qui vous a aidés, vous, à vous en sortir.

    Je vous envoie plein d’amour, de tendresse, et de courage pour gagner et soulever le trophée du bonheur qui n’a pas de prix ! <3

  • Non classé

    Le blogging pour les nuls

    Vous connaissez ce genre de premières discussions où on vous demande ce que vous faites dans la vie, et que tout naïvement, vous dites que vous êtes (entre autres…) blogueurs ?

    Il y a plusieurs réactions à cela, et souvent, ces réactions contiennent des questions, ou laissent entendre que la personne ne comprend pas vraiment ce qu’est le blogging. Voici quelques informations qui vous seront certainement utiles, et qui rendront la suite de la conversation beaucoup plus agréable  ….

    Le blogging pour les nuls. (4)

    • Mais…c’est quoi vraiment être blogueur ?

    Cette question m’a été posée des centaines de fois, que ce soit par ma famille, ou même par des jeunes de mon entourage (et non, il n’y a pas que les personnes âgées qui ne connaissent pas ce qu’est le blogging).
    Pour commencer, voici ce que Wikipedia dit :

    Capture d_écran 2018-05-12 à 15.39.41

    Et qu’en pense alors notre très cher Larousse ?

    Capture d_écran 2018-05-11 à 20.15.15

    Pour faire plus simple, un blog c’est un site web qui peut être créé par n’importe qui (à condition de prendre le temps de se former un minimum), et qui contient des articles sur un sujet lambda. Il y a des centaines de thématiques de blogs, allant de la cuisine au voyage, en passant par la psychologie, le développement personnel, ou même la littérature. D’ailleurs, si tu ne connais pas Squat that Brain, la thématique principale de mon blog est les critiques littéraires (que j’ai commencées en 2015), mais je blogue aujourd’hui aussi sur les séries et films (rubrique en construction), et sur le blogging !
    Le rôle du blogueur est donc de créer, et gérer un site web (et des réseaux sociaux aussi, mais cela reste un choix), de se renseigner sur le sujet en question, et d’écrire des articles pouvant aider les lecteurs.

    • Tu fais donc partie de ces gens qui écrivent des bobards sur le net et se croient savants ?

    Comme je l’ai dit précédemment, créer un blog peut être fait par n’importe qui ; ce n’est donc pas une mission impossible. C’est pour cette raison que nous trouvons sur internet des centaines de milliers de blogs et de blogueurs. Certes, et comme partout, il y a des personnes qui se disent expertes dans un domaine, mais ne le sont pas et peuvent malheureusement communiquer des informations erronées sur un sujet. C’est donc pour cela qu’il faut être attentif, prudent, et ne pas croire tout ce que l’on lit. Mais ce n’est pas une règle en soi : les blogueurs ne sont pas tous là pour raconter de la m****. C’est un peu comme dans la vraie vie : ce n’est pas parce que le boulanger du quartier vend du pain dégueulasse que tous ceux de la ville le font, il faut trouver le boulanger qui vend le pain qui correspond le mieux à nos goûts et à ce que l’on recherche.

    • C’est un métier, ça, blogueur ?

    La réponse à cette question est : oui et non. Il y a peu de gens qui vivent du blogging. Souvent, les blogueurs font cela en parallèle à une activité professionnelle qui leur permet de payer leurs factures mensuelles (j’y reviens dans une prochaine question). Donc en terme d’argent, en faire un métier n’est pas donné à  tout le monde. Mais par contre, en terme de charge de travail, c’en est un.
    Voici quelques exemples de tâches que nous devons faire TOUS LES JOURS pour tenir notre blog et faire face à la concurrence :

    1. gérer le site web : il n’y a pas de fée cachée derrière notre ordinateur… si les visiteurs peuvent lire nos articles, c’est que quelqu’un s’occupe de régler tous les problèmes liés au site (et il y en a souvent…). Souvent, c’est le blogueur lui-même qui fait ça, sinon, certains font appel à des spécialistes, mais cela engendre forcément des coûts…
    2. s’occuper des réseaux sociaux : non, Instagram, Facebook, Twitter, Pinterest et autres réseaux ne sont pas faciles à utiliser. Enfin, en théorie, oui, il suffit d’appuyer sur un bouton et notre publication est presque comme par magie faite. « Presque », parce qu’il y a tout un travail derrière, un travail qui est plus que nécessaire si l’on veut attirer du monde vers notre univers.
    3. écrire les articles : un article ne s’écrit pas seul, et un (bon) article nécessite souvent plusieurs heures (voire jours) de travail.
      Par exemple, pour écrire une critique littéraire, il faut trouver un livre, se le procurer, le lire (ce qui est souvent TRES long), se renseigner sur les conditions de son écriture, son écrivain, puis écrire son avis. Lorsqu’on me pose la question de combien de temps j’ai besoin pour écrire une critique, la réponse est : en moyenne trois jours.
    4. gérer les partenariats : certes, c’est extrêmement gratifiant de voir qu’une marque ou entreprise en général veut travailler avec nous. Mais pour honorer ses engagements, cela nécessite du temps, et surtout beaucoup d’organisation. Je reviendrai prochainement avec un article qui parle des partenariats avec les maisons d’édition, et qui explique comment ça se passe.
    • Tu fais ça pour l’argent ?

    Comme expliqué dans une question précédente, vivre d’un blog n’est absolument pas donné à tout le monde. En fait, ce que les gens ne savent pas c’est que gagner de l’argent d’un blog en général est très compliqué, et nécessite du temps, de l’investissement, du trafic…bref, de la patience, et surtout beaucoup de chance.
    Un blogueur ne gagne de l’argent de son blog qu’après plusieurs mois (voire plus) de travail assidu et acharné. Bien évidemment, je parle bien d’argent généré du blog directement, et non de sponsoring faits par des entreprises pour promouvoir un produit ou un service, là, on ne parle plus vraiment que de blogueur, mais d’influenceur web.
    Donc dire que l’on blogue pour de l’argent c’est un peu comme dire qu’on souhaite perdre plusieurs dizaines de kilos simplement en arrêtant de manger aux fastfoods ; c’est possible, mais ça prendra énormément de temps, il faudrait plutôt accompagner par un régime alimentaire plus strict et du sport, et c’est là qu’interviennent les réseaux sociaux…

    Pour être plus brève, le blogging est un domaine à la fois simple et complexe, qui nécessite beaucoup d’investissement, de patience, et surtout, de passion.

    Et vous, quelles sont les remarques et questions qui vous sont posées lorsque vous dites que vous êtes blogueur ?