Le syndrome de l’imposteur : c’est quoi ? Et comment s’en débarrasser ?

Cet article est une retranscription d'un épisode de mon podcast Squat that brain, le Podcast, que vous pouvez retrouver sur iTunes Podcast, Spotify, Deezer et toutes les plateformes de podcast. Cette retranscription reprend les points importants, si vous souhaitez avoir plus de détails, n'hésitez pas à écouter l'épisode. 😊

Dans cet épisode, je vais tout d’abord vous expliquer, pour ceux qui ne le sauraient pas, ce que c’est que le syndrome de l’imposteur, comment on peut le détecter et quels sont ses symptômes, puis, je vous donnerai quelques astuces afin d’y remédier, si vous aussi, vous en souffrez.

Le syndrome de l’imposteur, c’est quoi ?

La première chose à savoir lorsque nous parlons de syndrome de l’imposteur, c’est qu’il ne s’agit pas d’une maladie. C’est un sentiment que l’on ressent face à des situations particulières. Le syndrome de l’imposteur a été identifié en 1978 par les psychologues Pauline Rose Clance et Suzanne Imes. Dans un premier temps, ces psychologues avaient d’abord jugé que seules les femmes pouvaient être affectées par ce syndrome. Mais plus tard, et suite à des recherches, elles ont rapidement rectifié les choses en confirmant que les hommes aussi pouvaient en souffrir. D’ailleurs, une des deux psychologues, Pauline Rose Clance, a sorti un test qui est disponible en ligne, et qui permet de savoir si on est atteint de ce syndrome. Retrouvez ce test juste ici.

Pour être simple et brève, le syndrome de l’imposteur c’est sentir que nous ne sommes pas aussi compétents que d’autres personnes pourraient nous percevoir. C’est de penser que si on a réussi quelque chose, c’est parce qu’on a eu de la chance. C’est sentir qu’on n’est pas à la hauteur de ce que les autres peuvent penser de nous, qu’on est, en d’autres termes, une fraude. 

Comment s’en débarrasser ?

-Réaliser qu’on souffre de ce syndrome et l’accepter
-Se renseigner sur ce que c’est, pour pouvoir mieux le traiter
-Parler, et extérioriser pour pouvoir réaliser que vos pensées ne sont pas légitimes
-Arrêter de se comparer
-Tenir un carnet de succès et le relire dès que les idées négatives reviennent
-Consulter un spécialiste, si malgré tous ces efforts les pensées restent

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter tous les détails sur l’épisode du jour (disponible juste en haut de cet article et sur toutes les plateformes d’écoutes).

Et vous, quel est votre rapport avec le syndrome de l’imposteur ?

Squat that brain le podcast
Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *