• Critiques,  Découverte,  Lecture,  review

    Ne coupez jamais la poire en deux

    Avez-vous déjà été dans une situation où vous deviez convaincre la personne en face de vous de quelque chose ? 

    Que ce soit un enfant face à ses parents, ou un adulte dans sa vie personnelle ou professionnelle, on a tous déjà dû négocier avec quelqu’un. 

    Critique du livre de Chris Voss, Ne coupez jamais la poire en deux.

    Dans ce livre, Chris Voss, ancien négociateur du FBI, promet de rendre tous ses lecteurs des as de la négociation. Ayant moi-même fait une école de commerce, et étant de nature assez persuasive, j’étais très intéressée par ce livre qui me paraissait parfait afin de compléter mes connaissances.

    Chris Voss a passé sa carrière à négocier avec des preneurs d’otages, des kidnappeurs. Il a décidé de se servir de son expérience large et riche pour nous concocter une bonne recette afin de tous apprendre à négocier, que ce soit dans notre vie personnelle, ou professionnelle, et arriver à sortir gagnant de toute situation.

    Ne coupez jamais la poire en deux maintenant présenté, passons maintenant à mon avis. Comme je vous le disais, j’étais extrêmement intéressée par ce livre qui promettait monts et merveilles. J’ai pris le temps de le lire, doucement, et d’essayer d’exercer dans ma vie quotidienne ce qui y est conseillé.

    Verdict : Chris Voss s’adresse à un public assez novice dans le domaine de la persuasion. Si vous ne vous en sortez jamais lors d’une discussion où vous devez convaincre votre interlocuteur de quelque chose, ce livre est carrément fait pour vous ! Si, en outre, vous vous sentez déjà à l’aise dans le domaine…ce livre ne vous changera pas forcément la vie, mais il reste très intéressant à lire.

    J’ai lu quelque part, à sa sortie, que Chris Voss était l’américain avec un grand A, à tout dire et imaginer en grand. Et c’est vrai qu’en lisant ses mots, je l’ai très fortement ressenti. Ses astuces ne sont absolument pas révolutionnaires, mais elles promettent des résultats qui, eux, le sont… 

    Ne coupez jamais la poire en deux est donc un livre à lire attentivement de part son côté très intéressant, bourré d’anecdotes et d’histoires à côté (en plus de tous ses conseils), mais ne vous attendez pas à réussir à changer le monde après l’avoir lu non plus ! 🙂 

    Achetez Ne coupez jamais la poire en deux ici

  • Critiques,  Lecture,  review

    Millénium Blues

    J’ai reçu, il y a plusieurs mois, Millénium Blues de la part des éditions Fayard. Je ne connaissais pas du tout Faïza Guène, et le résumé me donnait clairement très envie d’en découvrir la plume.

    Faïza nous plonge en plein dans les années 90 – 2000, dans la vie de Zouzou. Zouzou est une jeune fille qui se cherche, elle a une meilleure amie Carmen qui, accidentellement commet l’irréparable. Elle a aussi un amoureux, Eddy, qui s’avère ne pas être l’homme de sa vie. Zouzou se cherche, mais surtout, Zouzou nous emmène avec elle dans chaque période de sa vie. Elle nous raconte, avec ses mots, des événements tragiques, et aborde des sujets durs, de façon crue, l’air de ne pas avoir envie de peser ses mots.

    Le plus fou, c’est que Zouzou a l’air perdue. Elle raconte tant de choses de façon tellement bordélique, sans suivre d’ordre particulier, mais on ne se sent à aucun moment perdu, bien au contraire. Je pense que tout enfant des années 90 pourra s’identifier à Zouzou.

    Entre problèmes familiaux, problèmes de couple, divorce, déceptions, culpabilités, cette jeune parisienne métisse nous fait passer du rire aux larmes en quelques mots seulement.

    Millénium blues fait partie de ces livres qui font du bien, et Faïza Guène fait partie de ces écrivains généreux, dont le seul but est de partager, de réconforter avec des mots simples et purs ceux qui pourraient en avoir besoin. Je ne sais pas comment ni pourquoi, mais j’ai l’impression que l’écrivaine s’est sentie seule pendant une période de sa vie, et qu’elle a écrit ce livre pour que plus personne ne se sente comme ça un jour.

    C’est peut-être une impression, peut-être mon âme de lectricequiaimesefairedesfilms qui prend le dessus, mais c’est ce que j’ai ressenti. En tout cas, si c’en était le but, elle m’a fait beaucoup de bien, donc l’objectif a été atteint.
    Alors merci pour cette légèreté, dans un monde où les tabous se font de plus en plus lourds sur notre conscience.

  • Critiques,  review

    Regarde-moi – Exposure

    Scroll down for the English review

    Achetez Regarde-moi ici

     

    Regarde-moi est le second roman de l’écrivaine Aga Lesiewicz que je ne connaissais  jusque-là pas du tout, et que j’ai eu l’honneur d’interviewer il y a quelques jours.

    Kris est une jeune femme épanouie. Amoureuse, pratiquant une profession qui la passionne, bien entourée, elle nage dans le bonheur. Mais un jour, elle commence à recevoir des appels inconnus, des mails, des photos d’elle, des informations sur sa vie privée, et voit son quotidien peu à peu s’écrouler (parce qu’un malheur n’arrive jamais seul, n’est-ce pas ?).

    Vous l’aurez compris, l’histoire tourne donc autour de de cette jeune femme qui est harcelée par un inconnu. Nous essayons, au fil des pages, de découvrir qui est ce fou lui voulant autant de « mal », et Aga Lesiewicz nous donne le sentiment de bien s’amuser en nous menant en bourrique.

    Mon avis sur ce livre est globalement positif. J’aime beaucoup les thrillers, j’aime avoir le souffle coupé et la gorge nouée tout au long de mes lectures (maso du jour bonjour !), et le suspense est bien présent dans Regarde-moi. Après, il n’y a pas d’horreur ni de sensations d’extrême force, mais la curiosité est de plus en plus forte, l’envie de trouver des réponses à ses questions aussi, donc c’est un premier critère amplement rempli !

    Concernant le style d’écriture, Aga nous met tout de suite dans le bain et nous nous sentons rapidement très concernés par ce qui se passe autour de Kris. Elle réussit à nous faire enfiler, sans le sentir, le chapeau de Sherlock Holmes pour trouver LA réponse à qui est donc ce foutu psychopathe ? 

    Le seul bémol est qu’il y a certaines petites références qui m’ont un peu refroidie.  J’ai eu du mal avec Kris. J’ai tous les jours du mal avec ce genre de filles qui sont sensibles aux garçons sexy en toute circonstance, c’est donc tout naturellement que Kris n’a pas du tout été mon personnage fictif préféré…  Mais c’est un risque que les auteurs prennent en choisissant la personnalité de leurs personnages, ça ne m’a certainement pas beaucoup plu, mais d’autres ont sans doute adoré ce petit côté coquin de Kris !

    Malgré ce petit ‘’désavantage’’, Regarde-moi est un très bon moment de lecture. Je lui accorde sans hésiter la belle note de 7/10 et vous le conseille si vous aimez le genre thriller !

    Vous avez jusqu’à ce soir minuit pour gagner un exemplaire sur mon compte Instagram ! N’hésitez pas à tenter votre chance.

    PS : J’ai reçu une copie de ce livre de la part de la maison d’édition Belfond en contrepartie d’un avis honnête. Ma critique provient donc de mon point de vue suite à ma lecture de ce livre. Aucun autre facteur n’a influencé mon avis.

    Buy Exposure here 

    Exposure is the second novel by the writer Aga Lesiewicz that I did not know until now, and that I had the honor to interview a few days ago.

    Kris is a young, accomplished woman. Happily in love, practicing a profession that she adores, well surrounded, she floats in happiness. Until the day she begins to receive unknown calls, emails, photos of her, informations about her private life, and sees her world collapse.

    As you can see, the story revolves around Kris being harassed by a stranger. We try, through the pages, to find out who is this madman wanting to “hurt” Kris this much, and Aga Lesiewicz gives us the feeling of having a lot of fun by leading us on different tracks.

    My opinion on this book is overall positive. I love thrillers, I like to have the breath and throat knotted throughout my readings (yup I’m crazy!), and the suspense is present in Exposure. Therefore, there is no horror or sensations of extreme strength, but the curiosity is stronger throughout the pages, and the desire to find answers to our questions too, so it is a first positive point!

    Concerning the style of writing, Aga puts us immediately in the bath and we quickly feel very concerned about what is happening around Kris. She managed to make us put on, without even being aware of it, the hat of Sherlock Holmes to find THE answer to who the hell is this damn psychopath?

    The only downside is that there are some small references that have cooled me a little. I had trouble with Kris. I don’t like these kind of girls who are sensitive to sexy boys in any circumstance, so it is quite natural that Kris is not at all my favorite fictional character … But it is a risk that the authors take in choosing the personality of their characters, I certainly didn’t like it that much, but others have probably loved this little naughty side of Kris!

    Despite this ” disadvantage ”, Exposure is a great reading.
    I give this book without hesitation the beautiful rating of 7/10 and recommend it to everyone who likes psychological thrillers!

    You have until midnight tonight to win a french copy of this book on my Instagram account! Do not hesitate to try yourself if you read french books !

    PS: I received a copy of this book from the Belfond Publishing House in exchange for an honest opinion. My review comes from my point of view after my reading of this book. No other factor influenced my opinion.
  • Critiques,  Lecture,  Non classé,  review

    Tout le bonheur du monde (tient dans ta poche)

    Scroll down for the English review

    Tout le bonheur du monde (tient dans ta poche)

    Tout le bonheur du monde (tient dans ta poche) est un roman que j’ai reçu il y a quelques jours de la part des éditions French Pulp que je remercie pour l’exemplaire. Et le moins que je puisse dire, c’est qu’avec l’énorme stress de mes partiels, il est arrivé au parfait moment !

    Comme je le dis souvent lorsque je parle de romans ”feel-good”, je suis très exigeante. Mais je commence à penser très sérieusement que 2018 est l’année où les auteurs de ces romans ont le plus et le mieux fait leurs preuves.

    Fred tente de mettre fin à ses jours, et alors qu’il est sur le point de le faire, deux dames beaucoup trop mignonnes (merci mon imagination de lectrice) le sauvent. Suite à ça, il découvre une communauté de ‘’suicidaires’’. Tous ensemble réapprendront à découvrir une toute nouvelle façon de voir la vie, apprendront à se réconcilier, petit à petit, avec la leur, et surtout avec eux-mêmes, grâce aux deux mamies.

    Dans ce roman, à la fois poignant, dur, réaliste et drôle, Frédéric Mars, dont je découvre la plume, aborde un sujet très important de manière intelligente -et non, il ne parle pas d’argent, comme ma soeur a pu croire en en découvrant le titre :p-.

    Il réussit à nous mettre le plus près possible des personnages, avec des détails qui nous donnent l’impression de vivre la scène avec eux. Par exemple, lorsque Fred se rend au lieu où il tentera de mettre fin à ses jours, l’auteur nous explique que ce dernier n’emportera que la monnaie pour prendre le bus, qu’il n’emmènera pas les clés de chez lui, et nous écrit ses pensées de façon claire, et très touchante.

    Pour faire court, ce roman est un gros coup de coeur qui vous entrainera ailleurs de beau, de meilleur, et qui vous fera sentir heureux, heureux d’être en vie.

    Note : 7,5/10 – Tout le bonheur du monde (tient dans ta poche) est une vraie révélation que je vous conseille sans hésitation.

    Achetez Tout le bonheur du monde (tient dans ta poche) ici !


    Tout le bonheur du monde (tient dans ta poche)

    All the happiness of the world (is in your pocket) is a french novel, appeared March 15th, not available yet in English, that I received a few days ago from French Pulp that I thank very much for the copy. And the least I can say is that with the enormous stress of my finals, the book arrived at the perfect moment !

    As I often say when I talk about feel-good books, I am very hard to satisfy. But I’m starting to think very seriously that 2018 is the year of these books, and it makes me as happy as it surprises me.

    Fred tries to commit suicide. And while he is about to do so, two old ladies too cute (at least, this is how I imagined them) save him. After that, he discovers a community of “suicidal people“. All together will learn to discover a whole new way of seeing life, learn to reconcile, little by little, with theirs, and especially with themselves, thanks to the two grannies.

    In this poignant, hard, realistic and funny novel, Frédéric Mars, who I discover only now, talks about a very important topic in an intelligent way – and no, he does not speak of money, as my sister might have believed, by discovering the title :p-.

    He manages to put us as close as possible to the characters, with details that give us the impression of living the scene with them. For example, when Fred goes to the place where he tries to end his life, the author explains that he only takes the money to catch the bus for one ride (as he isn’t planning any other one), that he doesn’t take his home keys, and we writes his thoughts clearly, in a very touching way.

    For short, this novel is a real crush that will take you elsewhere beautiful, better, and that will make you feel happy, happy to be alive.

    Note: 7/10 – All the happiness of the world is a revelation that I advise without any hesitation.

  • Critiques,  Lecture,  review

    Pour que je sois la dernière – The last girl

    Scroll down for the English review <3

    Pour que je sois la dernière - Nadia Murad

    Achetez Pour que je sois la dernière ici
    Acheter le ebook ici

    Il y a des livres comme celui-ci qui viennent vous tirer de votre quotidien, de votre routine, de vos problèmes de tous les jours, et vous emmènent dans un autre monde, qui malheureusement est le nôtre, vous fendent le cœur ; et vous laissent sans voix.

    Pour que je sois la dernière est un témoignage d’une survivante, qui vient nous raconter son histoire –malheureusement- vraie.
    Elle nous parle d’abord de sa famille, nombreuse, de ses parents, du remariage de son père, de leur quotidien, certes, modeste, mais oh combien heureux.
    Elle nous parle aussi de l’Iraq, de son village, Kocho, des Yézidies. D’ailleurs, au-delà de nous raconter ce qu’elle a vécu, elle nous explique la division du pays, ce qu’est le Yézidisme, leurs traditions et façons de vivre, et c’est très intéressant.
    Ensuite, elle nous parle de comment elle a été « kidnappée » par Daesh, qui a tué 6 de ses frères, et sa mère… Elle nous parle de ce qui s’en est suivi, à 21ans, elle est devenue leur esclave sexuelle, violée à répétition, battue, martyrisée, fouettée, violentée…elle a vécu 3 mois d’enfer, avant d’avoir le courage  –et la chance surtout- de s’enfuir.

    Pour que je sois la dernière est une lecture extrêmement difficile, non pas parce qu’elle a été mal écrite, bien au contraire, mais plutôt parce que c’est fort, poignant, difficile à accepter, et malheureusement, réel. Nadia Murad, au-delà d’être une réelle héroïne, est une écrivaine très talentueuse. Elle nous explique ce qui est difficile à comprendre avec des mots simples, et nous rapproche sans même nous en rendre compte du peuple irakien et yézidi, de la politique de ce pays, de sa géographie, et de tout ce qui fait que cette guerre malheureusement existe.

    C’est une lecture indispensable, que je vous conseille sans aucune hésitation.

    Concernant la note, il y a des lectures comme celle-ci que je ne peux juste pas me permettre de noter. Je me contente de vous la conseiller, et d’envoyer toute mon admiration et mon respect à son auteure.

    PS : J’ai reçu une copie de ce livre de la part de la maison d’édition Fayard en contrepartie d’un avis honnête. Ma critique provient donc de mon point de vue suite à ma lecture de ce livre. Aucun autre facteur n’a influencé mon avis.

    The last girl - Nadia Murad

    Buy The last girl here
    Buy the ebook here

    There are books like this one that slaps you right in the face, talking about some heartbreaking and ugly truths, taking you to another world, that is unfortunately ours, and leaving you speechless.
    The last girl is a testimony of a survivor, who narrates her – unfortunately – true story. She talks, first, about her large family, her parents, the remarriage of her father, their daily lives, certainly modest, but so happy.
    She also talks about Iraq, her village, Kocho, Yazidies. She explains the division of the country, what is Yezidism, their traditions and ways of life, and it is very interesting. Then she tells us about how she was “kidnapped” by Daesh, who killed 6 of her brothers, and her mother … She tells us about what happened, when, at 21, she became their sex slave, raped repeatedly, beaten, martyred, whipped, abused … she lived 3 months of hell, before having the courage – and luck- to escape.
    I found that The last girl was an extremely difficult reading, not because it was badly written, quite the contrary, but rather because it is strong, poignant, difficult to accept, and unfortunately, real.
    Nadia Murad, beyond being a real heroine, is a very talented writer. She explains to us what is difficult to understand with simple words, and brings us closer without even realizing it to the people of Iraq and Yazidis, the politics of this country, its geography, and all that makes this war unfortunately. exist.
    The last girl is an indispensable reading, which I advise without any hesitation.
    Regarding the note, there are readings like this that I just can not afford to grade. All I can do is advising it, and sending all my admiration and respect to its author.

    PS: I received a copy of this book from the Fayard Publishing House in exchange for an honest opinion. My review comes from my point of view after my reading of this book. No other factor influenced my opinion.