• Critiques,  Non classé

    Soufi, mon amour

    Est, ouest, sud ou nord, il n’y a pas de différence. Peu importe votre destination, assurez-vous seulement de faire de chaque voyage un voyage intérieur. Si vous voyagez intérieurement, vous parcourrez le monde entier et au-delà. L’amour est une notion faussement claire aux yeux de tous, qui pousse tout un chacun à rêver de cette vie de couple idyllique pouvant transformer nos malheurs en bonheur inébranlable, allant jusqu’à supprimer tout sentiment, voire pensée négative de notre quotidien. Ella Rubinstein est amoureuse de son mari, avec qui elle vit depuis plusieurs années déjà. Ella Rubinstein est amoureuse de ses enfants, -comme toute mère, me diriez-vous-. Ella Rubinstein mène une vie tranquille…

  • Critiques,  Non classé

    Le pavillon des enfants fous

    Je suis seule, seule avec mon corps qui ne demande rien, sauf de mourir. Avez-vous déjà eu l’impression, à un moment ou à un autre de votre vie, que plus rien ne vous appartenait sur cette Terre? Que tout le monde vous voulait en bonne santé, physique et mentale, sauf vous? C’est exactement ce que nous raconte Valérie Valère, qui nous vient avec cette autobiographie des plus poignantes. Qui dit autobiographie, dit histoire vraie, et quoi de mieux que de vivre le combat d’une anorexique à travers ses propres mots pour en saisir la réelle profondeur? Valérie a 13 ans lorsque sa mère décide de l’interner dans un hôpital psychiatrique,…

  • Critiques,  Non classé

    Une place à prendre

    La grande erreur commise par quatre-vingt-dix pour cent des êtres humains, selon Fats, était d’avoir honte de ce qu’ils étaient ; de mentir, de vouloir à tout prix être quelqu’un d’autre. Au sud de l’Angleterre, Pagford, un petit village très calme perd un de ses habitants les plus réputés, Barry Fairbrother. Sa mort subite coïncide avec une période professionnelle délicate: le défunt devait prendre des décisions importantes. Pour combler son absence, d’où le nom de ce roman de JK Rowling: sa place de notaire est à prendre. Mon avis sur ce livre est mitigé. Je suis sans doute l’une des plus grands fans d’Harry Potter, que je lis depuis toute…

  • Critiques,  Lecture

    Oscar et la dame rose

    J’ai essayé d’expliquer à mes parents que la vie, c’était un drôle de cadeau. Au départ, on le surestime, ce cadeau: on croit avoir reçu la vie éternelle. Après, on le sous-estime, on le trouve pourri, trop court, on serait presque prêt à le jeter. Enfin, on se rend compte que ce n’était pas un cadeau, mais juste un prêt. Alors on essaie de le mériter. Moi qui ai cent ans, je sais de quoi je parle. Plus on vieillit, plus faut faire preuve de goût pour apprécier la vie. On doit devenir raffiné, artiste. N’importe quel crétin peut jouir de la vie à dix ou à vingt ans, mais à…

  • Critique
    Critiques,  Lecture

    Le voleur de larmes

    Il avait parfaitement conscience que ses jours en tant qu’être humain opérationnel étaient comptés et les rares émotions qu’il ressentait sporadiquement le ramenaient systématiquement à sa femme et à l’enfant qu’il n’aurait jamais la chance de serrer dans ses bras. Je suis tombée, récemment, sur cette courte nouvelle d’Alain Bezançon que je n’ai pas hésité à lire, tellement j’ai trouvé le résumé original. L’histoire est plutôt attirante, Baldassatrio est un commerçant de larmes, qui les vole à leurs propriétaires pour les vendre aux plus riches, dans un monde où les larmes, les émotions et les sentiments se font très rares. Lorsque j’ai lu le synopsis, je me suis demandée comment…

  • Critiques,  Lecture,  Non classé

    L'Etranger

    Aujourd’hui maman est morte, ou peut-être hier, je ne sais pas J’ai relu L’Etranger d’Albert Camus il y a quelques jours, plusieurs années après, et je ne pensais pas retomber autant sous le charme de ce livre. L’Etranger est différent de toutes mes autres lectures, et avec sa première phrase seulement, j’ai compris que derrière l’histoire de Mersault se cachait une toute autre, que Camus a pris le soin de nous transmettre, implicitement, pleine de critiques sur la société, la loi, la vision d’autrui, la nôtre, la mort, la vie. Vous connaissez surement l’histoire; Mersault, un jeune notable, commet un assassinat sans sembler se rendre compte de la gravité de son…

  • Critiques,  Lecture,  Non classé

    L’Etranger

    Aujourd’hui maman est morte, ou peut-être hier, je ne sais pas J’ai relu L’Etranger d’Albert Camus il y a quelques jours, plusieurs années après, et je ne pensais pas retomber autant sous le charme de ce livre. L’Etranger est différent de toutes mes autres lectures, et avec sa première phrase seulement, j’ai compris que derrière l’histoire de Mersault se cachait une toute autre, que Camus a pris le soin de nous transmettre, implicitement, pleine de critiques sur la société, la loi, la vision d’autrui, la nôtre, la mort, la vie. Vous connaissez surement l’histoire; Mersault, un jeune notable, commet un assassinat sans sembler se rendre compte de la gravité de son…

  • Critiques,  Lecture

    Si je reste – Là où j'irai

    Dans la vie, il faut parfois faire des choix, et parfois ce sont les choix qui te font. Et je continuerai. J’en suis sûr désormais. Quitte à la reperdre mille fois, je referais mille fois cette promesse pour l’entendre jouer comme hier soir ou pour l’avoir en face de moi dans le soleil du matin. Ou même simplement pour savoir qu’elle existe quelque part. Vivante. Ce roman avait tout pour me déplaire, un côté dramatique à en couper le souffle, une adolescente qui raconte sa vie, et une histoire d’amour à l’eau de rose. Bref, tout ce que je n’aime pas. Mais finalement, Gayle Forman a su transformer tous ces…

  • Critiques,  Lecture

    Si je reste – Là où j’irai

    Dans la vie, il faut parfois faire des choix, et parfois ce sont les choix qui te font. Et je continuerai. J’en suis sûr désormais. Quitte à la reperdre mille fois, je referais mille fois cette promesse pour l’entendre jouer comme hier soir ou pour l’avoir en face de moi dans le soleil du matin. Ou même simplement pour savoir qu’elle existe quelque part. Vivante. Ce roman avait tout pour me déplaire, un côté dramatique à en couper le souffle, une adolescente qui raconte sa vie, et une histoire d’amour à l’eau de rose. Bref, tout ce que je n’aime pas. Mais finalement, Gayle Forman a su transformer tous ces…

  • Critiques,  Lecture

    Les cerfs-volants de Kaboul

    Pour toi un milliers de fois Les cerfs volants de Kaboul est le roman qui m’a, jusqu’à présent, le plus fait réfléchir. Je l’ai lu pendant plusieurs semaines, en faisant, souvent des pauses, chose qui ne m’est jamais arrivée avant, et pour cause, son côté extrêmement tragique, dramatique, voire brutal. L’histoire commence avec deux enfants. D’un coté Amir, petit garçon riche, jouissant de tous les biens qu’une personne des années 70 pouvait posséder, tous sauf l’amour de ses parents. A la naissance, sa mère mourut, le laissant avec un père très pris par ses engagements professionnels, et aussi très attaché au meilleur ami de son fils, Hassan, habitant au fin…